spectacle E.N.T.R.E

Menu

« Je m'en vais. Vers cette chose là. Cette chose sans nom.

Je passe ma déchirure. Maintenant. »  Seuils, P. Kermann

 

 

D’après les textes de :

 

Ghérasim Luca

 

Héros - limite

Éditions Poésie / Gallimard - 2001

 

" Passionnément "  Le Chant de la carpe

" Qui voyez- vous " Paralipomènes

" Prendre corps "    Paralipomènes

 

 

Jacques Ancet

 

Un morceau de lumière (extraits)

Éditions Voix d'encre - 2005

 

 

Patrick Kermann

 

Seuils (extraits)

Lansman éditeur - 2001

E.N.T.R.E est un spectacle issu de la rencontre entre le comédien Julien Mouroux et la marionnettiste/plasticienne Gaëlle Boucherit. Dans un travail en binôme, ils dessinent un espace original de création au sein duquel s'établit un dialogue qui joue avec, déjoue les catégories artistiques et les intelligibilités figées. 

 

Alliant la performance d'une peinture réalisée et projetée en temps réel et le déploiement d'un processus narratif transversal, le spectacle prend pour objet la question même de l' “entre”  de la pratique respective des deux artistes,  se déployant entre les paroles conjointes des poètes Ghérasim Luca, Jacques Ancet et Patrick Kermann,   incarnées par le comédien, et la matière picturale, mue par la plasticienne.

A  l’aide d’encres, pinceaux et substances variées, celle-ci joue avec ses matériaux par rétroprojection jusqu'à donner naissance à un ballet pictural, à des sculptures visuelles se cherchant figure, explorant le processus de transformation de la matière en image. Parallèlement le comédien expose le cheminement d'un corps qui cherche à s'humaniser, à se dire dans une parole capable de lui donner sens, cherchant à se ressaisir au sein d'un monde pictural qu'il n'a pas créé. Par ce travail conjoint d’alchimies verbales et visuelles, le spectacle dessine en entrelacs une dramaturgie singulière  : celle  qui s'écrit dans la  tension entre la matérialité des corps et leurs déréalisations picturales et vocales,  celle  qui s'inscrit dans l' affrontement pour chacun - et ensemble, entre le poids des corps et la nécessité de l' advenue d'une forme pour donner lui donner sens, entre le visible et le dicible.

 

 

« Je traverse toujours  Je traverse les images  Les noms je traverse   Le vide qui les sépare   Je n'ai pas de lieu   Je suis entre » Un morceau de lumière, J. Ancet

L'espace scénique est délimité par la zone éclairée par l’image projetée sur le fond de scène et également sur le sol blanc. L’association de ces deux éléments permet de lier ces deux plans et de créer une image vivante, une scène entièrement dédiée au comédien qui intervient dans une image devenue volume, créant ainsi une singularité perceptive pour le public.

 

La lumière est produite  par le dispositif intra-scénique du spectacle : essentiellement par la table lumineuse utilisée par la plasticienne. Exception faite de l'utilisation ponctuelle d'une découpe.

 

Le fond blanc, à la fois support de projection, toile blanche du peintre et monde virginal sur lequel laisser première empreinte humaine, permet une mobilité du sens selon son utilisation, et notamment utilisé par l'arrière, permet un jeu entre les degrés de réalités, comme un passage de l’autre coté du miroir, donnant lieu à une sorte de théâtre  d’ombres où s'y manifeste les forces inconscientes. 

 

Mais surtout, E.N.T.R.E raconte  cet  « entre-deux »  comme  « entre eux deux »,  où la plasticienne existe comme personnage en soi, démiurge accoucheur de ces images-mondes, à la fois origine cachée, objet du désir et de l'interdit. La présence à vue de la plasticienne n’en finit pas de rendre ce personnage en quête d'un monde à habiter semblable à une marionnette vivante dont on aurait coupé les fils, corps funambule cherchant à s'incarner dans une image monde, cloisonné à l’intérieur d’un castelet  devenu visuel . E.N.T.R.E serait pareil à la parabole d' une humanité jetée au monde comme l’encre sur la toile, cherchant à dire sa finitude. 

 

« Jour et nuit je te respire   Je te bouche  Je te palais je te dents  je te griffe  je te vulve je te paupières Je te haleine  Je t'aine » Prendre corps, G. Luca

La création du spectacle

Mise en scène 

Marionnettiste/Plasticienne : Gaëlle Boucherit

 Comédien : Julien Mouroux 


 Regard complice : Joëlle Nogues

Régisseur : David Le Barse

Conception / réalisation technique : David Le Barse

Machiniste : Stéphane Dardé

 

Photographie : Jean-Michel POIX / Giorgio PUPELLA / Valentinj De WERD

 Traduction des Textes : Portugais : Paulo BALLARDIM

Aide et soutiens Technique au Brésil : Priscilla Costa/Blenda Trindade

 

Production : Et Compagnies

 

"Extraits" retour des Brésiliens sur le spectacle E.N.T.R.E. au III Colóquio Internacional FITA

 FLORIANOPOLIS - BRÉSIL 

 
 par Profa Dra Maria de Fátima de Sousa Moretti
Universidade Federal de Santa Catarina - UFSC

 

« L'événement était une proposition thématique "Le Théâtre des Ombres et le Théâtre des Objets" et a reçu le spectacle E.N.T.R.E à l'UFSC - Université Fédérale de Santa Catarina et UDESC - Université d'Etat de Santa Catarina.

Je suis l'organisatrice (Profa Dra Maria de Fátima de Sousa Moretti) et l'un des curadores du Colóquio FITA et les invités à venir jouer à notre festival, pour le public brésilien. Je savais que ça allait réussir, mais c'était encore plus grand que ce que j'imaginais. Le spectacle a augmenté beaucoup des présentations au sein de l'Université fédérale de Santa Catarina, dans un grand auditorium, et dans les jardins de l'Université de l'Etat de Santa Catarina.»

 

Pour accompagner le Grupo Théâtre d'image(s) avec le spectacle E.N.T.R.E,

nous avons eu le soutien d'une étudiante de premier cycle de l'UFSC, Blenda Trindade, qui a écrit quelques mots sur ces moments partagés avec la compagnie française. Elle nous parle de son expérience :

« J'ai suivi le groupe Théâtre d'images depuis son arrivée à l'université le 9 juin 2018. Ce jour là ont commencé les processus d'adaptation du montage du spectacle: la planification des équipements de positionnement et de réception apportés de France. Nous avons installé le cyclorama sur la scène du Garapuvu et suspendu le tissu d'ombres utilisé dans le spectacle. Nous avons peaufiné le tissu, fixé les jambes / coussins sur la scène et installé le projecteur d'image. Le jour de la présentation était réservé aux derniers accords et répétitions avec l'acteur brésilien.  »

 

Rencontre de l'équipe avec le groupe français après les présentations

Source: Blenda Trindade

 

 

André Carreira, professeur à l'Université d'ÉTAT DE SANTA CATARINA, qui nous a donné quelques mots sur le spectacle : 

« La cour du Centre des Arts sur une nuit où un vent doux traversait. Quelques lumières. Un grand écran blanc coupant l'espace qu'ils appellent tous Arena. Cet objet blanc annonçait un événement qui pourrait en principe être le cinéma. Bientôt au son d'une chanson qui a rempli l'espace on peut réaliser que ce n'était pas le cinéma, bien que le cinéma ait semblé être là présent. Un acteur et un constructeur d'images en direct nous ont offert une séquence d'images qui remplissaient l'écran et le sol blanc. Le jeu entre le corps et les images a également dialogué avec la performance du créateur des images penché sur son rétroprojecteur. Tout au long du travail, ce volet a été un événement stimulant pour ceux qui observaient, essayant de dévoiler les matériaux et les procédures qui ont transformé cet écran blanc en surface chromatique centrale dans la poésie d'E.N.T.R.E, spectacle français qui, avec le soutien du FITA, était présent sur le campus de l'UDESC. » 

 

 

Ensuite, nous aurons les mots d'Igor Gomes :

« Début juin 2018 j'ai eu des contacts avec la compagnie Théâtre d'images, participante du 3o Colóquio Internacional FITA, dont je suis producteur à Florianópolis (Brésil). Le premier contact avec le groupe français a eu lieu au centre culturel UFSC pour connaître leur lieu de présentation. Dans la première présentation de nombreux enfants étaient présents, avec des réactions très chaleureuses à tout ce qui s'est passé sur la scène. Dans la session du soir, tout semble plus fluide, reflétant également un public différent. Il est curieux de noter comment E.N.T.R.E. nous appelle à différents regards comme un travail artistique. Des regards qui alternent entre la figure de l'acteur sur scène en face des saillies et des objets, et le travail plastique Gaelle également en présentant une performance convaincante que manipulatrice que se transforme en projection sur la scène, à la couche profonde et très poétique dans la dramaturgie.

E.N.T.R.E. nous émerveille et nous inspire en tant qu'êtres humains, en tant qu'êtres touchés par la beauté esthétique et la délicatesse de chaque artiste responsable de ce spectacle. C'était agréable d'observer la grande harmonie entre les membres de l'entreprise, ainsi que d'avoir l'opportunité d'entrer en contact avec un spectacle aussi émouvant dans cette troisième édition du Colloque FITA International. »

 

 

L'acteur brésilien qui a aidé le groupe à interpreter le poème en portugais, Antonio Cesar Maggioni, nous parle aussi de son expérience avec l'entreprise :

« Participer à des présentations de spectacles de E.N.T.R.E de la Société de théâtre a été une expérience stimulante et enrichissante, ont été des moments d'apprentissage, d'écoute et de connexion. Cet exercice d'écoute a également été un moment d'observation et d'apprentissage, le témoignage du travail du groupe a révélé des différences culturelles, des méthodologies de travail et aussi des similitudes entre le contexte national et le contexte étranger. Pour que cela se produise, les moments de fraternisation et de conversation qui ont eu lieu à l'extérieur de la salle de répétition étaient également importants, sans aucun doute une expérience d'échange très riche et transformante qui me fait repenser le théâtre et ouvrir de nouvelles perspectives de travailler avec l'art. »

 

 

Suit également le rapport sur E.N.T.R.E. d'un étudiant de la première phase du cours des Arts du spectacle de l'UFSC, appelé Vinicius Pasinato Damian :

« Un spectacle étonnant avec une esthétique sophistiquée, où il unit l'ombre, l'acteur sur scène et l'acteur en créant des effets visuels à travers les peintures, le sable et les pinceaux en même temps que le cours de la pièce. Un spectacle qui dans le nom dit déjà, E.N.T.R.E qui se connecte avec "entre deux", on note la scène où les deux acteurs agissent ensemble, chacun avec sa fonction, créant et établissant des relations de confusion, de découverte, de confrontation, de doute et de réconciliation entre eux et forcément ces relations ils nous atteignent en nous fournissant des questions et des compréhensions concernant ce qui est vu et ce que nous ressentons. Il est entendu que le spectacle compte sur le public aussi sur la question de compléter l'histoire, parce que chaque personne vient à interpréter à sa manière à travers l'expérience vécue. »

 

 

 

spectacle - E.N.T.R.E 

_______________

 

Théâtre le Dôme, SAUMUR (49)

Le 10 janvier 2019 / 20h

 

 

L'Escale, TOURNEFEUILLE  (31)

Spectacle programmé dans le cadre de la saison marionnettique à l’Escale de  Tournefeuille, en partenariat avec Marionnettissimo

le 15 novembre 2018 / 20h30

 

 

Abbaye école de Sorèze  (81)

Le 28 septembre 2018 / 20h30

 

 

Musée St Raymond TOULOUSE (31)

Dans le cadre De La Nuit du patrimoine 

Le 15 septembre 2018 / 19h

 

 

BRESIL / FLORIANOPOLIS,  tournée dans le cadre du 3° colloque international FITA, à Florianopolis, Province de Santa Catarina.

JUIN 2018